Partager cette page

HISTOIRE  DE  LA  SUMENOISE





A l'aide de l'article paru dans "Le Suménois" d'octobre 1971, journal local trimestriel fondé et édité par le foyer rural.


En 1899, M H. Jacquemin, filateur à Sumène, crée une petite clique. Un groupe de clairons de retour de régiment prête main forte à la fanfare débutante, alors que M Pierre Chabaud s'occupe des tambours.
 
Ses buts:
 
1 - Egayer la ville de Sumène qui n'avait rien de ce genre;
 
2 - Donner aux jeunes gens une instruction musicale qui leur développe l'intelligence et leur rende service lors de leur passage au régiment;
 
3 - Donner aux jeunes gens une distraction saine et utile et les enlever ainsi dans la mesure du possible aux effets funestes de l'alcoolisme "qui chaque jour sont mis sous nos yeux".
 
 
 
Il est déclaré que des personnes d'élites se sont regroupés autour de M. JACQUEMIN, et que l'on a pu réunir 90 jeunes gens qui chaque soir travaillent opiniâtrement sous la conduite de leurs chefs.
 
 
Le Conseil municipal apporte 200 francs de secours à titre de premier établissement de ladite Société, et 200 francs de subvention par an.
 
Au cours de l'année suivante, quelques personnes viennent prêter leur concours.
M Rocheblave du Vigan devient chef de musique; M Chabaud donne des cours de solfège dans une grande salle mise à sa disposition à l'usine Cambon; M Saby, maire et excellent musicien, apporte son aide.

En mai 1901, le groupe prend le nom de "La Suménoise".

La première sortie en public a lieu à l'occasion de la fête du 15 août sous la forme d'un défilé. La population peu habituée à ce genre de manifestations accueille chaleureusement "ces musiciens". Le répertoire s'enrichit de morceaux composés par M Saby : "Les Chataigniers" et "Vive la Suménoise" et de chants religieux : Minuit chrétien, Gloria ...

En 1914, la Suménoise comptait une quinzaine de clairons, autant de tambours et de vingt-cinq à trente musiciens. Elle participe à différents concours (Alès, Le Vigan en 1910) et répond à l'invitation d'organisateurs de fêtes locales.

La guerre interrompt l'essor de La Suménoise qui cesse d'exister.

Dès 1919, M Saby décide de reprendre en main l'association assisté de M Perrier, M Chevalier, M Lafabrier, M Peyre. M Saby est nommé chef de musique.

En 1920, M Marchat entreprend la formation de jeunes musiciens et La Suménoise devient l'Harmonie Suménoise. La fanfare comprend des trompettes, clairons et tambours, des saxophones, flûtes...
Les répétitions ont lieu deux fois par semaine à la salle de musique aujourd'hui disparue.
L'Harmonie Suménoise défile chaque année dans Sumène à l'occasion des fêtes locales et religieuses, la fête des bonnetiers (lundi de Pentecôte), la Fête-Dieu, le 15 août, le 11 novembre et la Sainte Cécile, fête des musiciens, le 22 novembre.

Mais encore une fois les événements extérieurs font qu'à partir de 1939, l'Harmonie Suménoise cesse toute activité.

Un groupe de passionnés qui gardent au fond de leur coeur l'amour et le souvenir de joyeuses réunions vont trouver M Jean Michel et ensemble ils reprennent le flambeau et les instruments.
Parmi les responsables de la nouvelle équipe, on trouve M Lafarge (fanfare de Saint-Hippolyte), M Nougarède (imprimeur du Vigan ) comme chef d'orchestre, M Pin de Sumène tiendra également ce rôle et, plus tard, M Joseph Teulade et M Bouchard.
M Lafabrier a en charge la trésorerie, M Laget est secrétaire. M Perrier est nommé président d'honneur et M Jean Michel, président actif.
Parmi les membres actifs nous avons M Raphaël Ducros, M Paul Viguier, M Julien Toureille entre autres.

L'Harmonie Suménoise est trés sollicitée, conséquence de son expérience et de sa notoriété.
En mai 1951 , l'Harmonie Suménoise à cinquante ans. Le Plan pavoise à nouveau pour cet événement.

Malheureusement le manque de jeunesse se fait sentir, les horaires de travail vont à l'encontre de l'organisation des répétitions et en 1955 c'est la dernière sortie de l'Harmonie Suménoise.




De nos jours, la Fanfare participe toujours aux fêtes du village et même si les musiciens sont peu nombreux, ils sont là . Merci à eux de faire encore partie de la vie de Sumène et surtout que l'on puisse encore longtemps les entendre répéter et les voir défiler comme à la retraite aux flambeaux le 15 août ...
 
                                                                             CORSO  1994
 
                                                           RETRAITE AUX FLAMBEAUX  1994
 
 
 
Article paru dans le bulletin municipal "Vivre à Sumène" numéro 15 Hiver 2013
 

Résonance : Rencontre avec M. Mario Saulo chef de la fanfare suménoise

La fanfare a-t’elle toujours existé sur Sumène ?
Non, la fanfare a été créée en 1979. Autrefois, il existait
une harmonie : l’Harmonie Suménoise.
L’Harmonie suménoise a été créée le 26 janvier 1903 et
a existé jusqu’en septembre 1954. Son fondateur fut M.
Jacquemin industriel sur Sumène à l’époque. Le chef de
musique regroupait autour de lui quatre-vingt musiciens :
saxo, clarinettes, trompettes, flûtes, tambours….
L’Harmonie était très dynamique et était sollicitée pour
l’animation des fêtes de villages (Kermesses, fête du 15
août,) et des fêtes religieusieuse.

Qui a été à l’origine de la fanfare ?
Un groupe de passionnés qui garde au fond de leur coeur
l’amour et le souvenir de joyeuses réunions vint trouver
M. Jean Michel et ensemble reprirent le flambeau et
les instruments. C’est ainsi qu’au mois de juin 1979, M.
Peyre,M. Mourgues, M. Argelies, M. Bastide, M. Laporte,
M. Michel se réunirent et décidèrent de créer la fanfare
suménoise.
Début octobre, ils reprirent les vieux instruments de
l’harmonie (tambours, grosse caisse, cymbales, clairons,
trompettes de cavalerie, cors de chasse)mais aussi le
conseil municipal finança l’achat de tambours et de la
grosse caisse.
La première sortie de la fanfare fut en 1981 devant la
mairie. Il y avait à l’époque une vingtaine d’enfants. M.
Danjou et les maires qui ont suivi ont toujours soutenu la
musique ainsi que les conseillers généraux.
Pour nos sorties, M. Aubanel des pompiers nous avait
offert la tenue bleue.

Comment s’organisait la formation musicale au départ de
la fanfare ?

Les anciens de l’Harmonie donnaient les cours
d’instruments : M. Mourgues les cours de tambour,
M.Michel les cours de clairon, M. Triaire Jean-Pierre et M.
Espaze les cours de clairon et de trompette.
Actuellement, l’adhésion de l’association est de 50 euros.
Cela comprend le prêt d’instrument et les cours ( 30 mn
de solfège en groupe et 30 mn d’instrument) ainsi que la
tenue pour les sorties.

Quels sont vos projets ?
Nous organisons la fête de la Sainte Cécile, le repas
autour de la galette des rois, un voyage tous les trois ans.
Et aussi le concert de Noël. Notre association est avant
tout une histoire de famille .Nous essayons de créer des
liens d’amitié entre nous et autour de la musique.
De nos jours, la fanfare participe toujours aux fêtes du
village et même si les musiciens sont peu nombreux, ils
sont là. Merci à eux de faire encore partie de la vie de
Sumène et surtout que l’on puisse encore longtemps les
entendre répéter et les voir défiler lors des fêtes du village.


Histoire de la « Suménoise »

En 1899, M. H. Jacquemin, filateur à Sumène, créa une
petite clique. Un groupe de clairons de retour de régiment
prêta main forte à la fanfare débutante, alors que M. Pierre
Chabaud s’occupait des tambours. Les objectifs de cette
fanfare étaient :
- « d’égayer la ville de Sumène qui n’avait rien de ce
genre,
De donner aux jeunes gens une instruction musicale qui
leur développe l’intelligence et leur rende service lors de
leur passage au régiment,
De donner aux jeunes gens une distraction saine et utile
et les enlever ainsi dans la mesure du possible aux effets
funestes de l’alcoolisme qui chaque jour sont mis sous nos
yeux. »
Il fut déclaré que des personnes d’élite s’étaient regroupées
autour de M. Jacquemin et qu’ils avaient pu réunir 90
jeunes gens qui chaque soir travaillaient opiniâtrement
sous la conduite de leurs chefs.
Le Conseil municipal apporta 200 francs de secours à titre
de premier établissement de ladite Société et 200 francs
de subvention par an.
Au cours de l’année suivante, quelques personnes vinrent
prêter leur concours. M. Rocheblave du Vigan devint chef
de musique. M. chabaud donnait des cours de solfège
dans une grande salle mise à sa disposition à l’usine
Cambon.
M. Saby, maire et excellent musicien -apporta son aide. En
mai 1903, le groupe prend le nom de la « Suménoise ».
La première sortie en public eut lieu à l’occasion de la
fête du 15 août sous la forme d’un défilé. Le répertoire
s’enrichit de morceaux composés par M. Saby : « les
Châtaigniers », et « Vive la Suménoise » air chanté et joué
qui donna le nom à l’harmonie.
En 1914, la Suménoise comptait une quinzaine de clairons,
autant de tambours et de vingt-cinq à trente musiciens. Elle
participait à différents concours et répondait à l’invitation
d’organisateurs de fêtes locales.
La guerre interrompit l’essor de la Suménoise qui cessa
d’exister. 
En 1919,M. Saby reprit en main l’association et devint chef
de musique.
En 1920, M. Marchat entreprit la formation de jeunes
musiciens et la Suménoise devint l’Harmonie Suménoise.
Elle comprenait des trompettes, clairons et tambours, des
saxophones, flûtes… Les répétitions avaient lieu deux fois
par semaine à la salle de musique aujourd’hui disparue.
L’Harmonie Suménoise défilait chaque année dans
Sumène à l’occasion des fêtes locales et religieuses,
la fête des bonnetiers(lundi de Pentecôte), la fête-Dieu,
le 15 août, le 11 novembre et la Sainte Cécile, fête des
musiciens, le 22 novembre.
Mais encore une fois, les évènements extérieurs firent
qu’en 1939, l’Harmonie Suménoise cessa toute activité.
Après la guerre, l’Harmonie Suménoise reprit.
En mai 1953, l’Harmonie Suménoise fêta ses 50 Ans .
Malheureusement, le manque de jeunesse se fait sentir,
les horaires de travail vont à l’encontre de l’organisation
des répétitions et en 1955, ce fut la dernière sortie de
l’Harmonie.

 
 

 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site