Partager cette page      
L'EGLISE  ET  LE  TEMPLE
                                   façade du temple de Sumène  
  

L'EGLISE





L’Eglise fût ouverte au culte en 1692 mais c’était un bâtiment quelconque, sans caractère .
En 1788, les boiseries de la porte d'entrée et du tambour furent installées et de 1745 à 1750, le clocher extérieur.

Vers 1846, la surface de l’église fût doublée grâce à l’abbé DELMAS, curé de Sumène de 1823 à 1863 et à M. CHAPOT, architecte au Vigan. Le clocher fut déplacé, un nouveau choeur et deux nouvelles travées furent édifiés.

En 1869, la restauration complète de l’église fut décidée toujours grâce à l’abbé DELMAS et à M. REVOIL, architecte diocésain.

L’inauguration eut lieu le 6 mai 1883, en présence de Monseigneur BESSON, évêque de Nîmes.
La décoration intérieure a été effectuée par M. BEAUFORT et achevée en 1891.
En 1891 M. DOZE peint les sept tableaux du sanctuaire.
Au dessus de chaque chapelle on distingue les armoiries des évêques d’Alais. Les médaillons de la voûte représente les quatre évangélistes.
Le maître-autel en marbre massif (2200 Kg) provient des carrières de Saint Pons de Thomières.

En 1967 M .WHEELER, peintre au Vigan, restaurent les peintures et décorations.

Blason de la paroisse de Notre Dame de Sumène : "Notre Dame en assomption de carnation".




 

L'Eglise pour la fête de Jeanne d'Arc




 

Le clocher (Merci à L.B pour son envoi)
 



Les cloches.

 

Jusqu’en 1935, la paroisse de Sumène n’avait qu’une cloche. Cette cloche fut baptisée en 1890 par Monseigneur FUZET, le curé de Sumène étant l’abbé ETIENNE et le Maire de Sumène, M FOULQUIER . Le parrain fut M. Cl ément CAMBON et la marraine Mme Vve TRIAIRE-MOLIS.
Il fut décidé de commander deux cloches à la maison GRANIER de Castenet-le-Bas et elles furent livrées en octobre 1935. Le baptême des cloches eut lieu sous la présidence de Monseigneur GIRBEAU, et l’abbé CLEMENS prononça le sermon ; l’Harmonie Suménoise participa en interprétant un des plus beaux morceaux de son répertoire.

La plus grosse cloche se nomme Thérèse Alice Guillaumette et pèse 500 Kg. Elle est ornée d’une médaille représentant Sainte Thérèse de Lisieux , avec une inscription en latin " Je loue le vrai Dieu, je pleure les défunts, je me réjouis avec ceux qui se rejouissent ". Elle est installée dans le clocher auprès de la grosse cloche.

L’autre se nomme Bernadette Raymonde Fernande et pèse 299 Kg. Elle porte un médaillon représentant Sainte Bernadette , avec en inscription " Je convie les âmes au service de Dieu, à la paix sur la terre, à l’espérance du ciel ". Elle est installée dans le clocheton qui surmonte la façade de l’église.

La sonnerie des trois cloches eut lieu pour la première fois la veille de la Toussaint le 31 octobre 1935.

 



(YouTube publiée mars 2012 par benjaminmontpellier)




 

 LE  TEMPLE






 
 



Vers 1568, après les guerres de religion, Sumène resta sans édifice religieux. Le culte réformé eut lieu jusqu’en 1623 dans la salle de la maison du sieur du Fromental à la Grand-Rue. Ensuite celui-ci a été pratiqué dans un local aménagé en 1610 en église, à l’emplacement d’une ancienne chapelle Saint-Jaume.
 
Après 1649, un autre temple au clocher très élevé a été bâti dans la rue de la Dévalade (Pierre Plantée), près de la maison de Mme Villaret, le lieu exact étant vraisemblablement le jardin de Mme Monchablon. Mais il fût démoli dès 1685, année de la révocation de l’édit de Nantes.
 
Vers 1820, le temple de la rue Portail-du-Perri était en très mauvais état et il fallait obtenir des ressources pour le réparer. Ce local devient peu à peu une ruine.
 

En 1822 arriva à Sumène le Pasteur Kleinhenning qui fût à l’origine des collectes et démarches pour construire le temple actuel... Délaissant l’ancien temple, il choisit le nouveau emplacement et le plan fut établi par des architectes du Vigan, M. Vège et M. Chapat. " La face de cet édifice avec la terrasse au devant et les escaliers qui y conduisent devait avoir la forme d’un vase dont la campanule devait être le bouquet".
Le pasteur reçut l’ordonnance royale qui l’autorisait à acheter le terrain pour construire le temple, terrain qui appartenait aux héritiers Ferrier. M. MICHEL, maçon à Sumène, bénéficia de l’adjudication des travaux. La cloche fût donnée par M. Jeanjean GAY.
Et c’est en 1842 que le nouveau temple fût achevé de construire grâce essentiellement au pasteur Kleinhenning .
En 1909, l’intérieur du temple fût repeint.
En 1960, les escaliers sont reculés suite à des problèmes de voiries et la façade recrépie.
En 1970, l’intérieur est à nouveau peint et M. le Pasteur commémore le centenaire du temple, ce qui n’avait pas pu être fait en 1942 pour des raisons évidentes.



 
 
 
 

L'intérieur du Temple avec en inscription
 
LE SALAIRE DU PECHE, C'EST LA MORT
LE DON DE DIEU, C'EST LA VIE ETERNELLE


 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site