Partager cette page
                                                                       

LES  INONDATIONS

 


















 


  
 
Près de la place de la Mairie, une plaque posée sur le mur de l'ancien lavoir indique la date des niveaux les plus élevés

  5    octobre     1812
  5    octobre     1847

30  septembre 1958








 

Octobre    1847


(clic gauche pour aggrandir les documents)

 

 
 
 




 

Septembre    1958
 



 
29 et 30 septembre 1958

Déluge sur les Cévennes

2 épisodes de pluies diluviennes se produisent à seulement quelques jours d'intervalle sur les Cévennes. Ils provoquent sur le Gard une véritable catastrophe.

Ils se produisent les 29 et 30 septembre, puis les 3 et 4 octobre. Ceci confère à la période de 6 jours du 29 septembre au 4 octobre un caractère très exceptionnel.
Ci dessous, de larges extraits de l’article " Causes météorologiques des grandes crues cévenoles du début de l’automne 1958 " (Fontaine P. et Portela C) dans lequel les conséquences des 2 épisodes sont décrites, ainsi que les valeurs de pluies recueillies.
"Quelques cotes relatives aux rivières ayant réagi avec le plus de vigueur donneront une idée de l’ampleur du phénomène.
Dès le 30 septembre à 17 heures le Gardon d’Alès dépasse la cote de 6 mètres.
La Cèze atteint 10,20 mètres le 1er octobre au matin et inonde sa basse vallée (2,50 mètres d’eau, le soir dans Codolet).
L’Ardèche à Vallon qui ne cotait qu’un mètre avant les pluies atteint 12,20 mètres en quelques heures.
Corrélativement une crue du Bas-Rhône s’amorce, accentuée par les apports de affluents situés plus au Nord (Erieux, Doux, Cance). C’est ainsi que les bas quartiers de Pont-Saint-Esprit sont bientôt sous 2,50 mètres d’eau. Alès est également inondée et le pont de Ners en aval de cette ville est emporté. A Saint-Jean-du-Gard, de graves dommages sont signalés.

Dans l’Hérault, où les crues ont été dans l’ensemble un peu moins violentes que dans le Gard et l’Ardèche, on signale toutefois d’importants dégâts aux maisons et aux voies de communication en particulier dans les régions de Lodève et de Ganges."





 


Gros titre du Provençal du 2 octobre


Hauteurs d’eau recueillies les 29 et 30 septembre 1958:
"... C’est en effet au cours de ces deux journées, relatives à la première crue, qu’ont été enregistrées des hauteurs d’eau atteignant en maints endroits le double ou même le triple de la normale pluviométrique de septembre, pourtant déjà élevée.
Une vaste zone, limitée par l’isohyète 100 mm, s’étend des hauts bassins de l’Orb, de l’Hérault et du Vidourle jusqu’aux massifs de la Margeride, du Velay et du Vivarais, et aussi jusqu’à la moyenne vallée du Rhône entre la Cèze et l’Eyrieux.







 

RÉSUMÉ  de l'article

Le 30 septembre 1958, des crues d'ampleur exceptionnelles touchent l'ensemble des cours d'eau cévenols. Elles se propagent rapidement vers les plaines du Gard et sèment la désolation sur de nombreuses communes. Début Octobre, la direction des Ponts et Chaussées déclare "La crue a été d'un mètre supérieure à celle de 1907. Du 29 au 30 Septembre, il est tombé un demi-mètre d'eau, ce qui explique la soudaineté de la crue". A Alès, le Gardon passe de 50 cm à 5.5 m en peu de temps, soit une crue similaire à celle de 1743. De nombreux quartiers sont recouverts par la boue. Au Vigan, même constat, les étendues agricoles sont dévastées et les usines totalement détruites. Le Gardon à Ners atteint un débit de 5 000 m3 par seconde. La mise en charge est si brutale que le pont de Ners cède. Une vague s'échappe de la rupture et tue dix-huit automobilistes entre Boucoiran et la Calmette. A Saint Martin de Valgalgues, on dénombre 4 morts. Il en est de même à Anduze, où une maison est emportée. Trois personnes meurent à Montclus, emportées par la Cèze, trois autres à Saint-Ambroix, noyées par des ruissellements d'une violence inouïe. Au total, ce ne sont pas moins de 35 personnes qui perdent la vie lors de ces dramatiques inondations. Près de 7 000 maisons sont sinistrées pour un total de 5 milliards de francs de dégâts matériels. 





Le Rieutord en décrue.
Au premier plan, le pont dont les parapets
ont été emportés par les eaux.



















 






























Le Rieutord à la sortie du village























 




















 





 
 






 


 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site